Le 150ème anniversaire du Collège Épiscopal de Zillisheim.

Le 1er décembre 2019: Fête patronale – Immaculée Conception de Marie

Comme beaucoup d’autres institutions, paroisses, corporations ou groupes humains (Sainte Barbe pour les pompiers, Saint Yves pour les avocats, Saint Nicolas pour les écoliers, Saint André pour le Collège Épiscopal de Colmar… par exemple), notre établissement, selon le souhait de Monseigneur André RAESS, évêque de Strasbourg, a été placé à son ouverture le 26 octobre 1869 sous le titre et l’invocation de l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie.
A l’époque, le choix de ce patronage est hautement symbolique. En effet, 15 ans auparavant, le 08 décembre 1854, le pape Pie IX proclamait le dogme de l’Immaculée Conception. (Ce sont d’ailleurs les armoiries de ce même pape qui sont apposées sur la façade principale du Collège à côté de celles de Monseigneur RAESS.) La statue de la Vierge elle-même, choisie pour orner la place centrale devant l’établissement, concrétise ce choix. Rénovée avec beaucoup de soins cet été par le peintre morschwillerois André BALDECK, Decko de son nom d’artiste, elle est une réplique de celle de la grotte de Lourdes où la Vierge en 1858 s’est présentée à la jeune bergère Bernadette comme l’Immaculée Conception confirmant ainsi la proclamation du dogme quatre ans plus tôt. Même les douze étoiles au sol sont un symbole marial. (L’Eglise a toujours reconnu dans la femme du livre de l’Apocalypse (dernier livre de la Bible) la figure de la Vierge Marie. « Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. » Ap 12, 1)
Le titre d’Immaculée Conception n’est pas un apport hétérogène au contenu de la Révélation chrétienne comme s’insurgent ses détracteurs mais rien d’autre qu’une explicitation de ce contenu, un développement homogène. « L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » Lc 1, 28 Pour être la Mère du Sauveur, Marie « fut pourvue par Dieu de dons à la mesure d’une si grande tâche » (LG 56). L’ange Gabriel, au moment de l’Annonciation la salue comme « comblée de grâce ». En effet, pour pouvoir donner l’assentiment libre de sa foi à l’annonce de sa vocation, il fallait qu’elle soit toute portée par la grâce de Dieu. (CEC 490)

Le lundi 09 décembre 2019, nous avons donc honoré celle qui a été choisie pour accompagner tout ce que nous vivons au Collège. Selon le même esprit et format que le 1er octobre dernier, nous nous sommes retrouvés, élèves et membres de la communauté éducative, autour de la statue rénovée de notre sainte patronne. Elle a été bénie par Jean-Luc LIÉNARD, ancien aumônier du Collège Épiscopal et actuel vicaire général du diocèse (bras droit de l’évêque de Strasbourg), qui, en quelques mots, nous a aidé à saisir le sens de ce patronage pour nous aujourd’hui.
L’aspect mémoriel du jubilé a été mis en valeur ce jour par l’enfouissement devant la Vierge d’un « coffret temporel » réalisé en bois de chêne provenant d’anciens pupitres d’élèves du Collège. Ceux qui l’ouvriront dans 150 ans pourront mieux connaître et comprendre notre histoire grâce aux documents et objets déposés à l’intérieur.
Et pour finir cette solennité, monsieur Gérard KRANITZ s’est vu remettre la médaille de la reconnaissance diocésaine pour ses 41 ans de service et de dévouement exemplaires en tant qu’agent d’éducation.
A l’issue de ce moment, en passant par la porte historique, nous avons regagné les cloîtres et la grande cour du Collège pour poursuivre la fête par la distribution à tous de chocolat chaud, mannala et mandarine.

Le 1er octobre: Inauguration de l’année jubilaire, la 150ème année scolaire.

Le 26 octobre 1869, les premiers élèves (229 internes et 48 externes) et professeurs franchissaient la porte du Collège Épiscopal de Zillisheim en présence de Monseigneur André RAESS, évêque de Strasbourg, qui avait voulu donner « au Petit Séminaire du Haut-Rhin un palais surpassant en commodité et en beauté celui de Strasbourg et celui de Colmar » (LANDMANN Florent, Le Collège Épiscopal de Zillisheim, Aperçu historique, Mulhouse, Alsatia, 1932).
Commençait alors une formidable histoire.

Le mardi 1er octobre 2019, 150 ans plus tard, nous nous sommes donc retrouvés, élèves et membres de la communauté éducative, devant cette même porte, restaurée soigneusement pour l’occasion. En effet, cette 150ème année revêt une solennité particulière et nous souhaitions l’inaugurer par un moment fort, hautement symbolique, porteur de sens. Ainsi, après avoir frappé à la porte, l’abbé Jonathan « est entré en dialogue avec notre vénérable établissement » pour en demander l’ouverture. La porte s’est ouverte et chaque classe, accompagnée de son professeur, a été appelée à la franchir.

Ce passage rituel fut l’expression de l’inscription du cœur, du corps et de l’esprit de chacun dans l’histoire singulière du Collège pour la continuer avec le même enthousiasme qui animait les pionniers. Franchir la porte c’est se laisser saisir par l’esprit de cette maison, non sans lien avec l’Évangile de Jésus Christ, c’est vouloir accueillir, pour bien grandir, tout le bien et le beau qu’elle offre. Franchir la porte c’est recevoir mais c’est aussi se donner pour le bien et le beau.

 

Retrouvez notre établissement mis à l’honneur dans le journal L’Alsace:

https://c.lalsace.fr/haut-rhin/2019/10/02/video-zillisheim-les-souvenirs-de-l-eleve-vincent-chevalier

L’Alsace 03-10-2019

 

Retrouvez également la vidéo immortalisant cette journée:

https://www.youtube.com/watch?v=MbPK8N_mfFc&t=1s

Nos apprentis dessinateurs introduisent le 150ème anniversaire de l’établissement.

Cette année 2019 est pour nous particulièrement importante car notre établissement fêtera dans quelques mois son 150ème anniversaire. Dans le cadre des enseignements d’exploration, M. Hierolzer, M. Vrecsics et leurs élèves de 2nde réalisent une bande-dessinée racontant des histoires de fiction, ayant pour cadre notre établissement dans des contextes historiques marquants. Durant cette année, avec l’appui de notre direction, plusieurs partenariats ont été mis en place pour enrichir le parcours de nos apprentis artistes:

Tout d’abord, M. Beltzung, notre directeur adjoint fraichement retraité, nous a conté l’histoire de notre établissement au travers des tumultes du temps; de la fin du XIXème à nos jours, nos élèves ont découvert la grande et la petite histoire qui entoure notre exceptionnel lieu de travail!

C’est ensuite avec l’espace 110 que nous avons exploré le monde fascinant de la bd. Le 17 novembre 2018 notre groupe s’est rendu au festival Bédéciné en suivant un programme savamment élaboré par Mme Kieffer et M. Ress. Nous avons pu assister à différentes animations et rencontrer des auteurs (notamment Francis Carin auteur de «Victor Sackville » avec lequel nos élèves ont pu s’entretenir dans un moment privilégié).

Ne s’arrêtant pas en si bon chemin, nous avons eu le bonheur d’accueillir en classe  Etienne Gendrin auteur d’ouvrages tels que « Comment nourrir un régiment » ou encore « Droit d’asile » qui a pu partager son expérience et ses compétences en matière de BD!

Pour clôturer ce menu des plus copieux, nous avons reçu les piliers de l’association Kakemono de Strasbourg: Xavier et Fabrice qui nous ont parlé des origines du manga et de la relation particulièrement forte qui existe depuis quelques décennies entre la France et le Japon.

C’est enfin très généreusement qu’ils nous ont proposé de participer à la « Japan Addict » au Zénith de Strasbourg. Ce festival annuel est une ode à la culture Japonaise et plus particulièrement aux mangas! Les planches de nos élèves y seront exposées durant le week-end du 1er juin. Nous les remercions également chaleureusement pour les invitations qu’ont reçues nos élèves pour assister à cet événement.

Le travail est encore loin d’être terminé et nos jeunes auteurs ont encore du pain sur la planche. Notre ouvrage devrait être édité vers la fin 2019! Restez à l’écoute…

G. VRECSICS